La Passion
de
Mathieu d'Anvers

roman historique
Bertrand de PugetMathieu d'AnversBertrand de Puget

romans nouvelles autres publications l'auteur
manifestations commander un ouvrage les vidéos les liens


paru en mai 2014

distinction

prix d'honneur du
Monde Francophone 2014



lire un extrait du roman :

Première partie

Deuxième partie



voir la vidéo de présentation



la presse



Pour ceux qui ne peuvent pas lire avec les yeux :
l
a Passion de Mathieu d'Anvers est disponible en version audio
à la bibliothèque sonore de Nice
Association des donneurs de voix
4 Avenue Henri Barbusse
06100 Nice



































































boiserie

1524 : date de réalisation portée sur une boiserie du retable de
Villars-sur-Var

Introduction au roman

Mathieu d’Anvers débarque à Nice en avril 1524 et se rend à Villars-sur-Var où il réalise une statue pour la chapelle castrale des Grimaldi de Beuil. Il honore ensuite une importante commande du couvent des Augustins de Puget-Théniers : une statuaire de 16 ou 17 pièces en bois de tilleul dans laquelle s’exprime  magnifiquement son savoir-faire. Poussé par la passion de la création et l’amour d’une pugétoise, il réalise un chef d’œuvre. Il ne se doute pas que les modèles qui lui sont imposés le plongeront, jusqu’à l’Apocalypse du 20 octobre 1525, dans le passé tourmenté de la vallée du Var.

 Mathieu d'Anvers : cet et artisan sculpteur semble avoir travaillé à Toulon, Villars-sur-Var, Puget-Théniers et Colmars-les-Alpes. Il a pu, comme d’autres artisans de la Renaissance, posséder une polyvalence lui permettant d’œuvrer en tant que sculpteur, architecte et ingénieur. Marie-Claude Léonelli et Sophie Kovalevsky notent qu’il a pu travailler à Toulon où on a commandé en 1521, une statue située au centre d’un retable. La statue du Précurseur en l’église paroissiale de Villars-sur-Var lui est attribuée, elle se trouvait au centre du polyptique de Saint-Jean Baptiste (ou du Précurseur) réalisé en 1524 par Antoine Ronzen pour la chapelle castrale des Grimaldi de Beuil. Le calvaire, visible dans l’église Notre-Dame de l’Assomption de Puget-Théniers, lui est attribué. La datation est incertaine. L’artisan pouvait être présent à Villars vers 1525 mais il n’existe, faute d’archive, aucune certitude. Ce retable comporte au moins 16 personnages sculptés dans du bois de tilleul. L’œuvre était peut-être polychrome comme de nombreuses réalisations sculptées de cette époque mais il n’en reste aucune trace. Elle est restée jusqu’en 1783 dans le couvent des Augustins de Puget-Théniers puis, suite à sa fermeture, a été démantelée. La Crucifixion a servi de décor à la chapelle des Pénitents blancs, la Résurrection a été gardée dans une sacristie et la Mise au Tombeau a servi de soubassement d’autel. La présentation actuelle en l’église paroissiale de Puget-Théniers date de 1961 et ne respecte pas la disposition initiale des statues. Après avoir réalisé ce calvaire Mathieu d’Anvers a pu se rendre à Colmars-les-Alpes. Deux pierres placées dans les piédroits de la porte de l’église paroissiale de ce village font référence à Mathieu le Teuton pour la restauration de l’église survenue en 1530.




Mathieu d'Anvers
Puget-Théniers : double-solde assoupi - statuaire de Mathieu d'Anvers (détail)


Antoine Ronzen : cet artisan, dit le Vénitien, était un peintre d’origine vénitienne ou flamande (?) ayant fait son apprentissage à Venise. Il a quitté Venise pour Nice en l’an 1500 puis a œuvré en Provence. Un contrat daté de 1508 indique qu’il a pris comme apprenti Jean-Amédée, fils d’un apothicaire niçois. Il s’est marié avec Honorate Luca (ou Luque) fille d’un peintre de Puget-Théniers. Il ne s’est jamais définitivement fixé mais a séjourné dans différents lieux de façon plus ou moins longue. Il a collaboré avec Antoine Brea pour réaliser à Marseille un retable dédié à saint Joseph. Il a peint à Cucuron, en 1512, le retable de Sainte Tulle puis le polyptique de Sainte Catherine. Il a œuvré, de 1517 à 1520, sur le grand polyptique de la Passion de la basilique Sainte-Marie-Madeleine à Saint-Maximin. Il a réalisé le retable du Précurseur (ou de Saint-Jean Baptiste) à Villars-sur-Var en 1524 puis le polyptique Notre-Dame-de-Bon-Secours (ou de la Vierge avocate) à Puget-Théniers daté du 29 juillet 1525. Luc Thévenon indique que le texte daté et placé au centre de la peinture est emprunté à Arnaud de Chartres qui s’était inspiré de saint Bernard.

borne frontière duché de Savoie

Borne frontière entre le royaume de France et les Etats de Savoie
sculptée dans la roche au pas du Lausson (sources du Var)
(photographie Y.Deangeli)

Puget-Théniers
Puget-Théniers (Nice et Savoie 1860)

Puget-Théniers
Puget-Théniers : ancienne rue des Grands Augustins
Antoine Ronzen
Puget-Théniers : retable d'Antoine Ronzen réalisé en 1525 pour
le couvent des Augustins
Mathieu d'Anvers
statuaire de Mathieu d'Anvers (détail)
Antoine Ronzen
Antoine Ronzen : coq symbole du jugement de Santo-Domingo
 sur le chemin de Compostelle à Puget-Théniers
Mathieu d'Anvers
statuaire de Mathieu d'Anvers (détail)
Puget-Théniers
Puget-Théniers : crosse symbolisant le pouvoir des prieurs sur
le mur de l'ancien couvent des Augustins

Mathieu d'Anvers
statuaire de Mathieu d'Anvers (détail)
Puget-Théniers
document transmis par M. Robert VELAY Maire de Puget-Théniers
Mathieu d'Anvers
statuaire de Mathieu d'Anvers (détail)
couverture Le livre imprimé livré à l'adresse de votre choix :
20 € + frais de livraison
ebook en format PDF : 6 €


commander La Passion de Mathieu d'Anvers