un polar historique
entre Nice et Turin
en 1530


Le Secret
des Princes
portrait d'Antonello da MessinaPorta FibelloneAntonelle da Messina
romans nouvelles autres publications l'auteur
manifestations commander un ouvrage les vidéos les liens


édité en février 2017

 Les Editions ROD

4 rue Barla - 06300
NICE

Les Editions ROD








Introduction au roman


Octobre 1529. Flaminia, la jeune commerçante turinoise qui vend des tissus aux chalands de la cour de Savoie,  est au courant des affaires politiques de ce monde. Elle sait que Charles Quint recevra, des mains du pape, la couronne du saint empire romain et que la noblesse européenne se réunira à Bologne. Mais son esprit est ailleurs : elle attend avec impatience l’arrivée d’un marchand niçois avec lequel elle entretient une correspondance. Sera-t-elle amoureuse de cet Hector Barelli qui chevauche vers Turin en compagnie d’un ambitieux serviteur ? Sera-t-il capable d’utiliser, à son profit, le secret partagé par les princes et les banquiers qui gouvernent le monde ?




portrait
portrait de jeune femme réalisé par
 Le Parmigianino et ayant inspiré
le personnage de Flaminia

(collection du musée Fesch à Ajaccio)







château de Porta Fibellone
vue de Turin depuis une tour
du château de Porta-Fibellone
 

Le Secret des Princes a été inspiré par un portrait d’homme peint par Antonello da Messina à la fin du XVe siècle (huile sur toile de 36,5 cm par 27 cm). Il provient de la collection Trivulzio à Milan et a été acquis en 1935 par le musée municipal d'Art ancien et le Sénat de Turin. Il est aujourd’hui visible à Turin, au musée du Palais Madame, sous le nom de ritratto d’uomo (portrait d’homme) et il est considéré comme l’un des meilleurs travaux du peintre.

portrait d'homme
Ritratto d'uomo
peint par Antonelle da Messina en 1475
(photographie Marc TANZI)
Marta Bella
majolique représentant une jeune femme
 nommée Marta Bella et ayant inspiré
un personnage du roman

(collection du palais Madame - Turin)

Bastia-mondovila cavalcade des vices évoquée dans le roman
fresque de la chapelle Saint Florent
Bastia-Mondovi


Cuneo
les arcades médiévales de la via Roma - Cuneo
L'Auberge de la Reine
enseigne de l'auberge de la Reine
 Cuneo
(musée de San Francesco)
L’épée du roi de France

L’épée de prestige de François Ier est conservée aux Invalides dans les collections d’armes du musée de l’armée française. Elle a été saisie, le 25 février 1525, par le colonel major Juan Alvada sur le champ de bataille de Pavie. On retrouve sa trace, en 1585, dans les collections de l’Armeria Real de Madrid. Murat s’en est emparé lors de la campagne d’Espagne et l’a ramenée à Paris en 1808. Napoléon Bonaparte conservait cette arme de prestige dans son cabinet de travail des Tuileries. L’absence d’une couronne royale au-dessus du monogramme gravé au talon de la lame et au-dessus de la salamandre emblématique semble indiquer que cette épée est antérieure à 1515, année de l’avènement de François Ier.

La présence à Bologne, durant le couronnement de Charles Quint, de l'épée du roi François est historiquement possible mais elle relève de la fiction romanesque.

Epée de François Ier
Epée de prestige de François Ier

Le Parmigianino

Girolamo Francesco Maria Mazzola, dit Parmigianino, est un peintre né à Parme le 11 janvier 1503 et mort à Casalmaggiore le 24 août 1540.

Portrait en buste réalisé par Le Parmigianino nommé l’Esclave turque et conservé à la Galerie nationale de Parme. Il a inspiré l'auteur pour le personnage romanesque Lucrèce, la belle courtisane bolognaise.

L'Esclave turque
portrait réalisé par Le Parmigianino
et ayant inspiré
le personnage dee Lucrèce.
(photographie Marc TANZI).
couronnement de Charles Quint
Le couronnement de Charles Quint le 24 février 1530 en la cathédrale de Bologne
tableau d'un auteur inconnu conservé au musée Ingres de Montauban
(image extraite du site : blogduvoyageenitalie.files.wordpress.com)
Pegase
Pegase le cheval ailé - monnaie grecque de 1973
carte
armoiries de la Maison de Savoie - Cuneo
Secret des Princes commander un ouvrage imprimé ou ebook
chez l'éditeur :


http://www.editions-rod.com/